Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

Le “kush”, la drogue synthétique qui fait des ravages parmi les jeunes de Sierra Leone

**Il suffit de quelques bouffées pour se retrouver dans un état de transe qui peut durer jusqu’à une heure.**La drogue s’appelle le kush, un puissant mélange de produits chimiques qui imite les effets du cannabis.

Cette drogue de synthèse a fait son apparition il y a six ans environ, mais sa composition reste floue.

Fabriquée et distribuée par des bandes criminelles, la drogue est un amalgame de divers produits chimiques et plantes qui imitent le THC naturel que l’on trouve dans le cannabis.

Dans cette pièce enfumée d’un bidonville, de jeunes Sierra-Léonais se sont rassemblés pour prendre leur dose, beaucoup d’entre eux, à peine adolescents.

À approximativement 25 centimes la dose, c’est un moyen facile et bon marché d’échapper à leur triste quotidien.

“Ils disent que je dois purger mon corps de cette substance. Depuis que j’ai commencé à fumer il y a cinq ans, mon corps est devenu dépendant de cette chose. Je dois prendre des médicaments, mais je n’ai pas la capacité de me sevrer, alors c’est très difficile pour moi,” partage Ibrahim (nom modifié), fumeur de kush.

Ces dernières années, le kush a fait des ravages dans la vie des jeunes en Sierra Leone.

Ibrahim Koroma est travailleur social et pense que cette substance est l’un des problèmes les plus urgents auxquels sont confrontés les jeunes avec lesquels il travaille.

“Les jeunes meurent ! Les jeunes meurent ! Nous avons besoin d’une stratégie rapide et recentrée pour accompagner la jeunesse en proie à cette drogue. La situation est alarmante,” s’exclame Ibrahim H. Koroma, fondateur du Mental Watch Advocacy Network Sierra Leone.

Face à la crise, l’unique hôpital psychiatrique du pays est envahi par des toxicomanes internés par leurs proches, dans l’espoir de les désintoxiquer.

“Ce que nous voyons à l’hôpital ressemble à la partie émergée d’un iceberg, où seuls les cas les plus graves sont pris en charge. Mais si vous descendez dans les communautés, dans les parcs, dans les rues, dans les ghettos, vous trouverez beaucoup plus de jeunes qui consomment ces substances et qui sont bien plus impactés que ceux que nous voyons ici,” informe Jusu Mattia, directeur médical par intérim à l’hôpital psychiatrique de Sierra Leone.

Face à une drogue qui crée une telle dépendance, la volonté ne suffit pas toujours, pour les personnes libérées.

Les ressources consacrées au suivi post-admission sont faibles et les taux de rechute, élevés.

africanews

Comments are closed.