Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

Génocide au Rwanda : la mise au point de Kagamé contre Blinken

À l’occasion de la commémoration des 30 ans du génocide rwandais, un tweet du secrétaire d’Etat américain a offusqué le président Paul Kagamé. Antony Blinken a peiné à reconnaître les Tutsis comme seule ethnie ciblée par les atrocités 1994.

“Quand il s’agit du jour de la commémoration, qui est le 7 avril, auriez-vous la gentillesse de commémorer avec nous et de vous arrêter là ? Il y a 365 jours dans une année. Donnez-nous ce 7 avril, commémorez avec nous et ensuite, vous pourrez passer les 364 jours restant à pour nous blâmer pour tout ce que vous n’aimez pas – chez nous”, lance Paul Kagamé, président du Rwanda.

De nombreux Rwandais ont reproché au secrétaire d’État américain Antony Blinken d’avoir omis de préciser que le génocide visait les Tutsis lorsqu’il a écrit à la fin de dimanche : “Nous pleurons le deuil des milliers de Tutsis, de Hutus, de Twas et d’autres dont la vie a été perdue au cours de 100 jours de violence indicible.”

En réponse à la question d’un journaliste sur le message de Blinken sur la plateforme sociale X, Kagamé a déclaré qu’il croyait avoir conclu un accord avec les autorités américaines il y a dix ans pour qu’elles ne critiquent pas l’anniversaire du génocide.

Les autorités rwandaises insistent sur le fait que toute ambiguïté quant à l’identité des victimes du génocide est une tentative de déformer l’histoire et de manquer de respect à la mémoire des victimes.

Les responsables américains n’ont pas fait de commentaires lundi.

Bien que Kagamé soit un allié des États-Unis et ait des relations amicales avec de nombreux dirigeants occidentaux, il subit une pression croissante sur l’implication militaire du Rwanda dans l’est du Congo, où les tensions ont récemment éclaté lorsque les dirigeants des deux pays s’accusent mutuellement de soutenir des groupes armés.

En février, les États-Unis ont exhorté le Rwanda à retirer ses troupes et ses systèmes de missiles de l’est du Congo, décrivant pour la première fois le M 23 comme un groupe rebelle soutenu par le Rwanda.

Kagamé a déclaré lundi que le M23 se bat pour les droits des Tutsis congolais, dont au moins 100 000 cherchent maintenant refuge au Rwanda après avoir fui les attaques dans l’est du Congo.

Les autorités rwandaises disent vouloir dissuader les rebelles, y compris les extrémistes hutus responsables du génocide, qui ont fui vers l’est du Congo.

Comments are closed.