Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

L’Interview : Aboubacar Camara , Ministre de l’Énergie, l’hydraulique et les hydrocarbures.

Mesdames et messieurs merci de votre fidélité.

Afrikinfo médias se déploie aujourd’hui au ministère de l’Énergie, de l’hydraulique et des hydrocarbures.

Nous sommes en compagnie du ministre de l’Énergie, l’hydraulique et les hydrocarbures, Aboubacar Camara. Avec lui, nous allons parler de la situation actuelle de l’énergie : pourquoi la Guinée n’a pas de courant depuis un bon moment ? Particulièrement depuis l’incendie de Kaloum.

Quelle solution envisage-t-il pour ramener le courant au Guinéen qui s’impatiente au jour le jour ? Surtout quelle est la capacité énergétique de la Guinée ?

 Afrikinfo : Bonjour Monsieur le ministre, Aboubacar Camara

Ministre : Bonjour Monsieur les journalistes.

Afrikinfo : La Guinée est en proie à un problème de pénurie de courant électrique qui ne dit pas son nom. Ce qui provoque actuellement des remous dans le pays, surtout dans la capitale. Ce vendredi 05 avril 2024, nous avons enregistré un décès à cause du manque de courant électrique à Keitayah, c’est à Dubreka. Qu’est-ce qui explique cela ?

Ministre : En premier lieu, que la paix soit avec l’âme de la personne qui a perdu la vie. Amine. C’est triste et affligeant. Nous ne voulons pas souhaité que cela se produise, malheureusement ça s’est produit. Le gouvernement tient à la vie de tous donc nous nous inclinons devant sa mémoire.

La demande d’électricité va trop vite, compte tenu de la largesse de l’État qui continue depuis des années à subventionner énormément l’électricité. Cela ne se produit nulle part dans le monde. Ceux qui comparent la Guinée au Sénégal ou à la Côte d’Ivoire, qu’ils exhibent aussi les factures d’électricité et d’eau de ces 2 pays avec la même consommation en Kilowatt.

Certes il y a des tarifs sociaux, mais l’électricité doit être vendue aux coûts de production, à la limite aux ménages. Les gens se demandent pourquoi nous manquons d’hôpitaux, de routes et d’écoles. Mais qu’ils demandent un peu combien sont dépensés comme subventions à l’électricité.

 

C’est à peu près 20 à 25% du budget annuel de l’État. C’est inacceptable de tout point de vue.

Je demande à la population de se calmer. Nous comprenons suffisamment leurs préoccupations et nous sommes en train de travailler avec toutes les opportunités pour améliorer la situation.

Le nouveau programme de délestage établi par EDG doit être respecté, sinon l’arrivée et le départ de l’électricité dans les ménages évolueront négativement.

Par exemple, les gens se disent oui. Le courant était coupé à 7h, mais aujourd’hui c’est à 6h ou à 5h. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’en fonction de la capacité journalière fournie par les barrages et thermiques, dès qu’on dépasse cela, il faut rattraper. Le lundi de Pâques, il y a de l’électricité en permanence, mais cela n’était pas prévu dans le plan. Donc, il faut pouvoir rattraper en grignotant sur les heures. Le jour de la fête de ramadan, il y aura également de l’électricité en permanence, mais il faudra payer pour cela en récupérant des heures supplémentaires de pompage.

Il est nécessaire d’expliquer tout cela à la population.

Afrikinfo : Le premier ministre a récemment annoncé l’arrivée du bateau turc. Une option qui avait été laissée de côté par vos prédécesseurs. Quelle est la situation actuelle avec le retour de ce bateau ?

Ministre : Pourquoi vous vous obstinez tant à voir un bateau ?

À mon avis, le besoin, c’est l’électricité, n’est-ce pas ? Que cela provienne d’une centrale thermique, de l’interconnexion ou d’une barque flottante, le plus important, c’est l’amélioration de la desserte.

Alors, je vous dis que nous sommes en train de travailler avec toutes les pistes qui s’offrent à nous dans les meilleurs délais, en prenant en considération les coûts. Si nous nous précipitons pour embarrasser une solution, vous, journalistes, serez les premiers à chanter partout. Ils ont dépensé x millions de dollars pour ceci et cela. Il s’agit de l’argent du contribuable, donc en l’utilisant, il faut le faire avec beaucoup de raisonnement et trouver une solution durable.

Afrikinfo : Monsieur le ministre, quelle solution s’offre à vous à ce jour ?

Ministre : Il s’agit tout d’abord de mettre en place un plan de communication clair à l’endroit de la population. Une communication responsable;

Faire une forte sensibilisation au sein de l’EDG en rapport avec le syndicat des ouvriers ;

Rendre tous les travailleurs désormais responsables de la réussite versus la défaite.

– Sur le plan technique, reprendre l’entretien des thermiques et les mettre au réseau.

Pour la circonstance demander le retour de kaloum 3 à condition de tirer au moins 70% de la puissance des 2 groupes.

La centrale T Power peut produire jusqu’à 60- 65MW.

Faire appel à l’extérieur (Côte d’Ivoire, Sénégal) avec l’interconnexion des pays voisins (notons que beaucoup de pays de la sous-région sont confrontés à ce phénomène de délestage ou une baisse de la capacité de production à date).

Cela dû à une croissance exponentielle de la demande, le changement climatique avec la pluviométrie, mais aussi la construction de nouvelles centrales thermiques et solaires qu’il faut d’ailleurs privilégier. Je le répète encore une fois, nous sommes dans l’obligation d’aller vers une transition énergétique, nous ne sommes pas un pays à part entière, le climat ne fait pas de choix ou n’accorde  de faveur a personne.

Enfin, dans un délai maximum de 2 mois, la situation sera améliorée grâce à la pluie.

Au niveau d’EDG

En attendant les réformes qui sont incontournables et nécessaires et cela dans un délai à court et moyen terme, car la question de la commercialisation est une vraie préoccupation de nos jours.

EDG doit instaurer une politique commerciale solide, avec une équipe de répression de la fraude capable de traduire les fraudeurs en justice sans aucune intervention extérieure.

EDG doit communiquer et respecter ses engagements ainsi que le plan de desserte qui lui est fourni par les chinois.

Commencer déjà à maintenir le réseau en bon état avant les fortes pluies.

Évaluer l’état des charges sur les transfos qui représentent un énorme défi et le service client.

À mon niveau sans perdre de temps, le département MEHH doit, dès maintenant commencer les consultations auprès de bailleurs de fonds (BAD, BID, BM,) au niveau des guichets privés, la recherche de financements pour la construction en urgence de nouvelles puissances thermiques et solaires.  C’est possible avant avril 2025. Si nous ne le faisons pas immédiatement, nous allons revivre probablement la même situation dans quelques années.

Reprendre les négociations AVEC TBEA sur Amaria à condition que cette compagnie accepte de revoir plusieurs dispositions de la Convention, qui ne sont favorables qu’à elle seulement.

Afrikinfo : Monsieur le ministre, quelle est l’explication de tout cela ?

Ministre : Depuis que j’ai pris mes fonctions en tant que ministre de l’Énergie. Je travaille en étroite collaboration avec toutes les parties prenantes pour trouver des solutions urgentes.  Et à long terme, du problème énergétique et de l’eau auquel font face les Guinéens, plus particulièrement la zone de Conakry.

Le déficit énergétique actuel se présente de la manière suivante :

  1. Conjoncturelle ;
  2. Structurelle.

Celui Conjoncturelle actuelle, se caractérise par :

  1. i) Un manque de planification opérationnelle et d’anticipation dans le suivi du secteur.

Il s’agit, notamment, d’assurer à temps les entretiens préventives, au lieu de privilégier les réparations curatives ;

Le retard dans l’application du plan de production convenue. C’est à dire, la gestion 2022 a été principalement basée sur les Hydrauliques, leur apport a été de trop au détriment du thermique et ce qui a eu pour conséquence le non-remplissage du barrage avec une faible pluviométrie constatée.

La préparation de l’étiage de l’année 2024 est assurée par les stockages d’eau dans les barrages. Ainsi, à l’approche de la fin de l’étiage, la SOGES qui gère le lac de Souapiti a constaté un faible niveau d’eau dont la côte était de 200 m en fin d’année 2023, ce qui représentait un déficit de 36% du volume d’eau utile de Souapiti, entraînant une baisse drastique des disponibilités de puissance de 260 MW pour les deux centrales, contre 480 MW en 2023, soit un manque à gagner de 220 MW.

C’est pourquoi les prévisions ont été revues à la baisse, aboutissant ainsi à une puissance disponible de 240 MW pour le 1er trimestre et 220 MW pour le 2ᵉ trimestre 2024.

N.B. : Ces puissances de 240 MW et 220 MW sont celles que le couple Kaléta-Souapiti peut développer en continu sur ces deux trimestres, correspondant aux énergies mensuelles respectives de 175 et 160 GWh.

Tout dépassement de production de ces puissances entraîne un déficit supplémentaire pouvant empêcher de produire jusqu’à la fin de la saison sèche estimée au 15 juillet, marquant le retour normal de la pluviométrie.

EDG aurait dû anticiper malheureusement d’autres facteurs tels que l’explosion du dépôt d’hydrocarbures a aggravé la situation.

Un autre élément crucial est la demande croissante. L’électricité ne coûte rien et, du coup, les charges à domicile ne sont pas gérées avec intelligence. C’est ici que tu arrives chez une personne qui n’a pas de salaire fixe. Il possède 2 congélateurs, trois climatiseurs, un réchaud électrique, un fer à repasser électrique et d’autres équipements de consommation.

Et à la fin du mois, il paie 150,000 GNF. Tu as vu ça dans quel pays!

Le déficit structurel est établi depuis l’analyse du plan directeur en cours. La croissance de la demande en 2025 est prévue pour être supérieure à celle de 2020, si aucune augmentation des moyens de production n’est faite.

Afrikinfo : Monsieur, il ne nous reste plus qu’à vous remercier chaleureusement. Et surtout, beaucoup de courage et que la chance soit avec vous.

Ministre : Un grand merci à vous aussi pour le déplacement et que la population sache que nous sommes en train de tout mettre en œuvre pour améliorer cette situation.

À BIENTÔT

 

Comments are closed.