Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

Niger : depuis le coup d’État, des transporteurs sont bloqués au Bénin

Des files de centaines de camions s’étendent sur plusieurs kilomètres près de la frontière nord du Bénin avec le Niger, leurs marchandises se détériorent et leurs chauffeurs font faillite après des semaines bloqués à la frontière fermée.

Près de deux mois après qu’un coup d’État a renversé le président nigérien, les camions bloqués à Malanville, à la frontière béninoise, sont le symbole le plus frappant des conséquences que subissent les voisins du Niger des sanctions imposées à Niamey.

Après que le bloc ouest-africain de 15 membres de la CEDEAO ait interdit le commerce avec le Niger et menacé d’action militaire pour rétablir la démocratie, la nouvelle junte a également bloqué un pont frontalier avec le Bénin.

Le chauffeur nigérien Mahamat Kabirou Amadou a quitté Cotonou, la capitale économique du Bénin, pour Niamey il y a 50 jours et est désormais bloqué à Malanville.

Non seulement le coup d’État et la fermeture de la frontière l’ont coupé de son pays et de sa famille, mais des semaines de pluie et de soleil ont pourri sa cargaison de riz.

« Nous sommes fatigués et malades. Nous avons laissé partir nos assistants parce que nous commencions à manquer d’argent », a déclaré le chauffeur de 35 ans. « Nous avons progressivement vendu tout le diesel de nos réservoirs juste pour manger. »

La CEDEAO – la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest – a imposé de lourdes sanctions contre le Niger après que les soldats d’élite rebelles ont renversé le 26 juillet Mohamed Bazoum, le président démocratiquement élu.

Les négociations visant à rétablir un régime civil n’ont pas encore porté leurs fruits, la junte exigeant une transition de trois ans et la CEDEAO appelant au retour immédiat de Bazoum.

Se méfiant des longues transitions après les coups d’État au Mali, au Burkina Faso et en Guinée, la CEDEAO affirme qu’une éventuelle intervention au Niger reste une dernière option.

Le Niger, qui est déjà l’un des pays les plus pauvres du monde, est soumis à de fortes pressions sur les sanctions. Les prix des denrées alimentaires ont grimpé d’environ 21 pour cent, l’ONU avertissant que davantage de personnes risquent de souffrir d’une grave insécurité alimentaire.

Plus tôt ce mois-ci, l’ONU a déclaré que 7 300 tonnes d’aide alimentaire destinées au Niger étaient bloquées en transit en raison de la fermeture des frontières.

Malanville ressemble désormais à un parking rempli de camions porte-conteneurs et de bus qui transportaient autrefois les passagers qui traversaient la frontière.

Les chauffeurs dorment sous les camions, jouent aux cartes et tentent de supporter l’attente apparemment interminable d’une solution.

A proximité, sur le pont reliant Malanville à Gaya au Niger, quatre camions porte-conteneurs bloquent le pont et des sacs de sable y renforcent les positions militaires.

« L’argent de notre patron est fini. La faim nous envahit », a déclaré Koudjegah Justin, 18 ans, aide-chauffeur togolais. « Nous demandons au gouvernement béninois de nous aider en ouvrant la frontière. Nous voulons la traverser. »

Des conséquences régionales

Le Niger partage des frontières méridionales avec le Nigeria, le Burkina Faso et le Bénin, membres de la CEDEAO, mais il constitue également une route commerciale majeure avec d’autres membres voisins du bloc, tels que le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire.

Les sanctions de la CEDEAO suspendent toutes les transactions commerciales avec le Niger sous le contrôle d’une junte militaire.

Pour le Ghana, les sanctions ont provoqué une pénurie d’oignons, le Niger étant un exportateur clé en Afrique de l’Ouest. Cela a également touché les approvisionnements en haricots et en mil.

Avant le coup d’État, un sac d’oignons de 100 kilos se vendait à 61 dollars au Ghana, mais il est aujourd’hui à 105 dollars. Auparavant, environ 20 camions arrivaient quotidiennement du Niger au marché aux oignons d’Adjen Kotoku, près d’Accra. Désormais, seuls quelques-uns peuvent faire le voyage.

« La plupart d’entre eux sont bloqués aux frontières », a déclaré Yakuba Akteniba, président d’une association de vendeurs d’oignons. « Au moment où la plupart d’entre eux arrivent ici, les oignons sont déjà pourris. Cela tue notre entreprise. »

Les commerçants des communautés frontalières du nord du Nigeria avec le Niger ont également déclaré qu’ils ressentaient les conséquences économiques.

« Les deux derniers mois ont été particulièrement durs pour notre ville en raison du quasi-effondrement du commerce », a déclaré Mohammed Aliyu, un commerçant de la ville frontalière d’Illela, dans l’État de Sokoto.

« Nous comptons sur les interactions transfrontalières pour notre survie mutuelle, mais cela a été réduit. »

Un petit nombre de conducteurs emprunteraient des itinéraires illégaux pour franchir la frontière, a-t-il expliqué.

Un sac de riz qui coûtait 28 000 nairas (36 dollars) avant la fermeture de la frontière se vend désormais 42 000 nairas. Les marchés locaux s’approvisionnaient également en grande partie en bétail du Niger.

« Trop de souffrance »

Avec la fermeture de la route terrestre reliant le Niger au Bénin, beaucoup se sont tournés vers des pirogues et des bateaux motorisés informels transportant des passagers sur le fleuve Niger qui les divise.

Les prix du trajet de 30 minutes ont décuplé en raison de la forte demande, ont indiqué les opérateurs.

Les bateaux transportaient du carburant à travers le fleuve, mais ce commerce s’est tari en raison du renforcement de la sécurité, les opérateurs affirment donc qu’ils profitent au maximum de la fermeture des frontières.

Les bateaux transportent tout ce qu’ils peuvent contenir : des motos, de la nourriture, du bétail, des personnes. Des motos-taxis et des voitures attendent sur les berges pour transporter les passagers.

« C’est le seul moyen de passer de l’autre côté désormais », explique Chabi Nourou, bagagiste. « Il y a vraiment trop de souffrance. »

africanews

Comments are closed.